LA PRIÈRE, EST-CE BIEN NÉCESSAIRE ?

21_MAI.jpg

La prière est la battement de cœur de l’être spirituel.
Elle devrait être aussi naturelle que la respiration.


Créés à l’image de Dieu, nous sommes tout naturellement poussés à communier avec le créateur. De même que ceux qui se ressemblent s’assemblent, nous trouvons normale de partager notre vie et notre cheminement avec Dieu qui nous accompagne. Malheureusement, cette image idyllique d’une relation détendue d’un parent avec son enfant a été profondément faussée. Très marqués par un sentiment de culpabilité pour n’avoir pas donné à Dieu sa juste place dans notre vie, nous constatons que cette relation a été compromise. Par ailleurs, nous avons perdu notre innocence enfantine. Nous donnons plus souvent l’impression de fuir Dieu que de chercher sa face, de lutter avec lui que de jouir de sa présence.

La prière a donc pris un nouveau visage. Elle n’est plus le partage entre deux parties en paix l’une avec l’autre. La prière est devenue une supplication en temps de besoin. Elle est fréquemment un appel à la miséricorde divine. Or la nécessité de prier, d’entrer en relation de communion avec Dieu devrait nous habiter sans cesse pour cultiver une intimité avec Dieu.
Mais cette façon de vivre la prière ne peut être imposée, car comme indique Jacques Ellul, « si le besoin de prier ne se fait pas sentir, les modèles à imiter et les méthodes dévotionnelles sont inutiles ».

Si la prière est seulement un luxe que nous pouvons nous permettre lorsque nous traversons quelque crise personnelle, elle n’est pas une vraie prière.

Source (Pour un christianisme de conviction avec Jacques Ellul)